Ebola : les artistes interpellent les chefs d’Etats francophones

Musiciens et cinéastes de l’Afrique occidentale pensent que l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) doit tenir son rôle dans la recherche d’une solution à l’épidémie d’Ebola.

« Nous, acteurs culturels d’Afrique de l’Ouest, demandons que le Sommet de Dakar 2014 soit celui de la mobilisation francophone contre Ebola, cet iceberg porteur de désarroi ». Dans une lettre ouverte, publiée dans Jeune Afrique, et adressée aux chefs d’États réunis à Dakar ce week-end, plusieurs artistes entendent se mobiliser face à Ebola. Parmi eux figurent notamment Ismael Lo, Amadou et Myriam, Aly Farka Touré, Oumou Sangaré, DJ Awadi, Baba Maal, Richard Bona, Smockey et bien d’autres grand noms de la culture. Tous dénoncent ainsi ce drame sanitaire et humanitaire « qui affecte la deuxième région où la langue française est la plus parlée dans le monde ».

Via cette lettre, ils exigent des dirigeants francophones qu’ils agissent rapidement : « Au-delà des mots, seules des mesures concrètes soutenues par une volonté politique permettront de stopper la progression de l’épidémie et d’alléger les souffrances de nos compatriotes. Aujourd’hui, l’enjeu majeur est de mobiliser les ressources financières, humaines et logistiques pour arrêter la progression du virus avant qu’il ne soit trop tard », déclarent-ils.

Pour ce collectif, cette épidémie va avoir de graves conséquences économiques si elle n’est pas  résorbée : « Au-delà du problème de santé, l’épidémie Ebola représente une menace pour la croissance économique et la sécurité alimentaire de la région faisant craindre le pire dans les pays touchés qui souffrent de l’arrêt du commerce transfrontalier, d’un manque de main d’œuvre et des pénuries dues à la maladie. Il importe donc de rompre l’isolement économique des pays affectés ». Cette tribune met en dernier lieu l’accent sur les mesures de prévention, la sensibilisation des populations, la formation des médecins et d’éviter la stigmatisation.

OUSMANE LAYE DIOP (avec Jeuneafrique.com)