Robin Renucci joue « l’Enfance à l’oeuvre »

L’acteur et le directeur des Tréteaux de France, Robin Renucci présente son spectacle « L’Enfance à l’œuvre » lors de la Nuit des idées à Alger. Un voyage littéraire et musical autour de l’enfance de quatre écrivains français.

Sur scène Robin Renucci et le piano de Nicolas Stavy. Une lecture de textes de Romain Gary, Marcel Proust, Arthur Rimbaud et Paul Valery. Tous ont trait à l’enfance et au destin de ces hommes conditionné par leur lien maternel. Un voyage littéraire et musical. La pièce de théâtre « L’Enfance à l’œuvre » a été créée en juin  2017 au festival d’Avignon par Robin Renucci. Elle tourne depuis en France et a été présentée à Oran avant cette Nuit d’Alger.

 

La pièce est à voir sur réservation à partir de 19 h 30 à l’Institut français d’Alger
Réservation à theatreelenfancedeloeuvre2018.alger@if-algerie.com

 


Trois questions à Nicolas Stavy, le pianiste qui accompagne Robin Renucci dans ce spectacle.

Pouvez-vous nous parler de cette tournée du spectacle en Algérie ?

Je suis très heureux d’être là pour la troisième fois. À Alger, à Constantine et à Tlemcen. Avec mon ami Robin Renucci, on est déjà venu ici. Mais aujourd’hui c’est particulier, car c’est dans le cadre d’une tournée très importante que nous organisons en France, et à l’étranger avec un réseau des Instituts Français.

Le spectacle a été créé l’été dernier au festival d’Avignon. Il parle de l’enfance à travers quatre auteurs et six compositeurs. C’est un voyage extrêmement riche avec des textes et des musiques très forts, pour tout public.

Est-ce que l’accompagnement musical des textes est votre création ?

C’est une création commune avec Robin Renucci. Ce n’est pas un accompagnement musical comme dans certaines pièces de théâtre où la musique joue un rôle secondaire. Ici, c’est vraiment un rapprochement, une évocation, une rencontre, un face à face entre la musique et le texte. La musique est aussi forte que le texte. Nous avons essayé de construire une confrontation d’une grande puissance entre les deux.

La pièce a été jouée à Oran avant-hier. Comment a réagi le public ?

Nous avons été très bien accueillis, nous étions dans un beau théâtre avec un public extrêmement attentif et présent. Il y avait même des jeunes enfants. Pourtant, le texte n’est pas pour les enfants mais comme il traite de l’enfance, tout le monde est venu, petits et grands.

 

Yasmine Khaoua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *